Vers la légalité dans le secteur minier centrafricain.

Pour mettre fin à la fraude, la contrebande minière ainsi qu’a l’exploitation illégale de diamant et or centrafricain, une compagne dénommée « Légalité dans les zones minières de la RCA » est officiellement lancée depuis ce weekend à Bangui.

le ministre des mines Léopold Mboli Fatrane

Le lancement officiel de cette  compagne, faite par le ministre des mines de l’énergie et de l’hydraulique en présence du représentant de l’ambassadeur des Etats Unis en Centrafrique,  et du secrétaire permanent du processus du Kimberley concerne les régions de l’Ouest de la RCA,   notamment les sous préfecture de Berberati, Carnot, Gadzi, Nola et Boda.

L’ouest n’est pas ciblé par hasard puis que c’est suite à une décision de 2015  que  ces  zones sont  déclarées conformes processus de Kimberley

Pour le ministre des mines, cette campagne de légalité a pour objectif de «  renforcer les mesures nécessaires pour prévenir tous les actes d’exploitations illégales de fraude et contrebande  ».

Il n’a pas manqué de citer des objectifs qu’il qualifie de défis pour 2017, à savoir : « restructurer l’unité spéciale de lutte anti fraude de la rendre efficace et permanente, aussi de reformer le cadastre minier pour le rendre plus transparent enfin de créer une base de donnée en rendant fiable et disponible les statistiques. »

Pour atteindre ces objectifs, le ministre des mesures prises par son département, parmi les quels « la suspension jusqu’à nouvelle ordre de l’attribution des permis d’exploitations semi mécanisée, la mise en place de la commission de vérification et de contrôle des dossiers des collecteurs et faire état des lieux de tout titre miniers attribués jusqu’au 31decebre 2016. »

Le lancement de la campagne a été suivi par le remise de kit appelés cahier de production aux acteurs du secteur (artisans miniers, collecteurs, acheteurs) par le projet DPDDA (Droit de Propriété et du Développement du Diamant Artisanal) afin de faciliter le travail et la transparence dans ce secteur.

Il faut signaler que d’autres zones minières de la RCA notamment le centre, et l’est sont encore sous l’embargo imposé par le processus de Kimberley, du fait de la présence dans zones de groupes armés.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here